Vg%*CNc#Mk37jAun

Comment faire de l’école une communauté accueillante ?

L’école demeure la première entreprise publique. Mais elle est surtout le lieu où se forment ceux qui deviendront les acteurs sociaux de demain. Avec la famille et le travail, elle constitue en effet l’un des trois espaces de socialisation dont l’influence est fondamentale. Outre ses missions d’initiation à la démarche scientifique ainsi qu’à la controverse et aux débats, l’école expose également les enfants à la diversité sociale et culturelle. C’est précisément en raison de son influence majeure sur la vie des individus et sur celle de la démocratie, que l’école doit être au cœur de nos préoccupations.

Plus encore, tacher de répondre aux problématiques qui travaillent et traversent aujourd’hui nos sociétés complexes, suppose à notre sens de réfléchir aux éléments qui contribuent à construire une école inclusive et accueillante. Dans cette perspective, il nous faut alors concentrer nos efforts économiques et symboliques afin de :

  • lutter contre les inégalités et toutes les formes d’exclusion sociale (notamment celle des familles[1]), qui cumulées à d’autres facteurs, font le lit des extrémismes ;
  • former les enfants à l’universalité de la condition humaine tout en les éveillant à la diversité de son expression (langues, religions, cultures, arts, etc.).

C’est à ces conditions que l’on pourra envisager de prévenir le phénomène polymorphe de radicalisation adolescente, qui s’épanouit sur le terreau des petites humiliations et se développe dans une école productrice d’inégalités et de violences symboliques. L’amélioration des modalités d’accueil et d’intégration des parents et des enfants dans les établissement peut jouer un rôle préventif face au phénomène de la radicalisation.

Les problématiques abordées s’inscrivent  dans le cadre des recherches se fédérant autour du concept de climat scolaire, que l’on définit habituellement comme l’ensemble des perceptions et jugements des enfants, des parents, ainsi que des différents responsables éducatifs, vis-à-vis de leur expérience de vie et de travail à l’école[2].

Pourquoi s’intéresser au climat scolaire ?

Au niveau national et international, la recherche met en évidence l’importance de la qualité des relations émotionnelles et sociales qui se tissent entre élèves, parents et enseignants. L’amélioration du climat scolaire – qui passe notamment par une meilleure intégration des enfants et des familles à l’école[3] – est ainsi corrélée avec de nombreux facteurs parmi lesquels : l’engagement et la réussite scolaire des enfants[4] ; l’accroissement du bien-être et la prévention de la violence et du harcèlement[5]; l’engagement des enseignants[6].

Les enjeux d’une réflexion théorique et pratique sur le climat scolaire, sont donc multiples : ils sont à la fois scolaires, sociaux et politiques. En permettant aux élèves de mieux réussir académiquement et de mieux s’intégrer socialement, c’est aussi la démocratie et la cohésion sociale que l’on entend renforcer.

Coordination : Lou Aisenberg (EHESS) et Miriam Teschl (EHESS)

[1] « Il n’existe pas d’autres pays que la France qui ait construit son système scolaire, à ce point contre le système familial » écrit Philippe Meirieu. In : Dubet F. (dir) (1997), Ecole-familles : le malentendu, Textuel. Voir aussi : Verba D. (2006), Echec scolaire : travailler avec les familles, Paris, Dunod.

[2] Précisions toutefois que le concept de « climat scolaire » ne saurait se réduire au cumul des niveaux de bien-être individuel. Il s’agit en effet d’insister sur la dimension collective et interactionnelle des rapports qui sont tissés au sein de la communauté scolaire. Voir notamment la définition du National School Climate Center qui suscite actuellement l’accord de nombreux chercheurs spécialisés sur la question du climat scolaire : Cohen J., McCabe E. M., Michelli N. M., Pickeral T. (2009), “School Climate: Research, Policy, Teacher Education and Practice”, Teachers College Record, vol. 111,1, p. 180-213. Cité in : Debarbieux E. (2015), « Du « climat scolaire » : définitions, effets et politiques publiques », Education & Formations, 88-89, décembre 2015.

[3] De nombreuses études suggèrent effectivement que les programmes visant à développer le lien école-familles contribue à l’amélioration du climat scolaire et à la réussite des élèves. Ils sont par exemple positivement corrélés avec la réduction du harcèlement scolaire. Voir par exemple : Rigby K., Slee. P. T., Cunningham R. (1999), « Effects of Parenting on the Peer Relations of Australian Adolescents », Journal of Social Psychology,
vol. 139, p. 387-388. Ils sont également positivement corrélés avec la diminution de l’absentéisme et des problèmes de comportements. Voir par exemple : Avvisati F., Gurgand M., Guyon N., Maurin E. (2014) « Getting Parents Involved: A Field Experiment in Deprived Schools », Review of Economic Studies. 81 (1): 57-83.

[4] Voir par exemple la synthèse suivante : De Pedro K. (2012), School Climate Improvement
in Schools: A Comprehensive Theoretical and Methodological Approach, Review of the Literature, Rossier School of Education, University of Southern California.

[5] Voir par exemple : Payne A., Gottfredson D. C., Gottfredson G. D. (2006), « School Predictors of the Intensity of Implementation of School-Based Prevention Programs: Results from a National Study », Prevention Science, vol. 7, n° 2, p. 225-237.

[6] Voir par exemple : Jeffrey D., Sun F. (2006), Enseignants dans la violence, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Concrètement

  • Organisation d’un forum ouvert à Strasbourg sur la question « Quelles écoles voulons-nous pour le (reste du) XXIe siècle ? » destiné à donner la parole de manière démocratique à l’ensemble des acteurs concernés (23 avril 2016).
  • Rencontres mensuelles du LSN : elles sont l’occasion d’échanges entre chercheurs, enseignants et parents sur des thématiques qui touchent à la réussite éducative et au vivre ensemble.
  • Organisation d’un colloque international sur le thème Bien-être et climat scolaire (automne 2017)l’appel à communication sera publié prochainement.